DOSSIERS

Trois livres, trois histoires vraies

Rédigée par Benshi

 

Ce mois-ci, Benshi s'est associé à culturekids.fr pour vous proposer des livres en lien avec notre parcours Histoires vraies. Découvrez sans plus tarder les recommandations de Christel Moreau, rédactrice littérature jeunesse, pour prolonger la thématique !

Trois histoires vraies

De la Chine enneigée aux îles de l’océan indien, en passant par l’Afrique et le Japon, voici trois destins exceptionnels, trois histoires vraies qui ont inspiré des auteurs de littérature jeunesse pour trois superbes albums.

- Yasuke

En Afrique, au pied du Kilimandjaro, vivait un jeune garçon qui n’avait pas de prénom. Utilisé comme esclave par les villageois, il dormait à l’écart, parmi les bêtes, et travaillait toute la journée. Il avait d’ailleurs la même marque que les bêtes, dans son dos. Quand il décide enfin de partir en quête d’une vie où il sera traité comme un être humain, il embarque au hasard sur un bateau. Là, on lui offre certes à manger et du travail mais toujours pas de nom. Ce n’est qu’à son débarquement au Japon qu’un seigneur de guerre redouté lui offre sa protection et le forme au maniement des armes jusqu’à le transformer en un véritable samouraï. Il devient son meilleur combattant et son homme de confiance. Enfin, il a une place parmi des hommes et… un nom ! Yasuke.

Ce récit initiatique s’inspire de la vie de Kuru-san Yasuke, né esclave en Afrique en 1530 et dont on a perdu la trace au Japon en 1582. Il disparut en samouraï digne et reconnu. La singularité de son parcours et de son histoire fait de lui le premier et l’unique samouraï noir du Japon médiéval et une légende du folklore japonais.
Les illustrations minimalistes en trichromie noire, verte et rouge terre sont à couper le souffle et donnent un aspect étonnamment moderne à cette très ancienne histoire devenue mythe avec le temps.

De Frédéric Marais, chez Les Fourmis rouges, 16,50€. A partir de 5 ans.


- La Fille du pays des neiges

Fang est née fille, en Chine. Chaque jour, elle regarde avec envie les enfants du village se rendre à l’école. Mais Fang est contrainte par sa mère de rester à la maison pour aider aux tâches ménagères et s’occuper de son petit frère. Alors, dès que l’occasion se présente, elle observe et écoute les leçons de la maîtresse par la fenêtre de l’école et s’entraîne sans relâche à tracer les idéogrammes dans la neige et la glace. L’enseignante remarque bien vite l’intelligence et surtout la persévérance de la petite et tente à deux reprises de convaincre la mère de la laisser intégrer sa classe, en vain. Alors quand son père accepte enfin, elle redouble d’efforts, assure avec courage les cours et les besognes domestiques. La jeune fille est si brillante qu’elle saute 3 niveaux, est acceptée à l’école régionale puis à l’université.
C’est ainsi que la petite Fang, qu’on apercevait autrefois couverte de neige, coupant du petit bois après la classe, est devenue ingénieure en aéronautique.
Cet album raconte la vie de la mère de l’autrice. Elle met en relief les difficultés pour accéder à l’instruction quand on est née fille en Chine, dans les générations précédentes, qui plus est en milieu rural. La destinée de cette petite fille est incroyablement mise en images par He Zhihong elle-même. Comme si elles étaient peintes sur du papier de riz, les illustrations aux teintes douces et chaleureuses nous font voyager avec elle, aux pays des neiges.

De He Zhihong, chez Seuil Jeunesse, 13,90€. A partir de 6 ans.


- Les Robinsons de l’île de Tromelin : l’histoire vraie de Tsimiavo

31 juillet 1761. Tsimiavo (prononcer « Tsimiav ») et sa mère ont survécu au naufrage. Comme 123 fotsy (prononcer « fouts »), les blancs, et 88 esclaves malgaches embarqués clandestinement sur l’Utile, elles tentent de survivre sur cette île de sable, plate et vide de tout, au large de Madagascar. L’île sera renommée plus tard Tromelin, du nom de leur sauveteur.
Ce calvaire, qui va durer 15 ans, est raconté à la manière d’un journal de bord, par la voix de Tsimiavo. Elle termine son enfance et entrera dans l’âge adulte là-bas, dans ces conditions folles et extrêmes, sur ce caillou rocheux, oubliée de tous. Tous les événements clés de cette tragique aventure y sont racontés : l’espoir d’un sauvetage ou d’un départ ; la trahison des fotsy, qui les abandonnent à leur sort en volant le radeau que les esclaves avaient aidé à construire ; la tempête, qui emporte leur campement de fortune ; les années qui passent et emportent ou abîment nombre d’entre eux ; le départ de tous les hommes, dont son ami et amant, sur un nouveau radeau ; et enfin, le sauvetage.

C’est à travers la voix de Tsimiavo que l’autrice retrace la véritable histoire de ces naufragés. La narration, d’abord factuelle, parfois presque froide, évolue au fil des pages avec la jeune fille. Celle-ci nous transporte sur cette île plate et vide où ces rescapés sont parvenus à établir un semblant de vie avec trois fois rien. Outre les conditions de survie abominables, on comprend le traitement déshumanisant que subissaient ces esclaves malgaches embarqués illégalement pour être revendus notamment aux plantations de café des colonies françaises de cette région.
Lorsque les dernières femmes présentes sur l’île sont enfin sauvées, les mœurs changent doucement en France : ces cruelles pratiques liées à l’esclavagisme commencent à être dénoncées (l’esclavagisme ne sera aboli qu’en 1848 dans les colonies françaises) et l’homme blanc qui accueille Tsimiavo, sa mère et son bébé, les prend sous son aile. Elles sont enfin sauves et surtout libres.

D’Alexandrine Civard-Racinais, illustré par Aline Bureau, chez Belin jeunesse, 19,90€. A partir de 7 ans.