Le Miroir
Rédigée par Sarah Génot

Le Miroir

De Jafar Panahi - 1h34 - 1997 (Iran)
Icons / Eye Created with Sketch. Déjà vu ? À vous de noter !
Icons / Checkbox Created with Sketch. Icons / Checkbox-on Created with Sketch. Déjà vu ?
Icons / Star / Underline Created with Sketch. Icons / Star / Fill Created with Sketch.
Icons / Star / Underline Created with Sketch. Icons / Star / Fill Created with Sketch.
Icons / Star / Underline Created with Sketch. Icons / Star / Fill Created with Sketch.
Icons / Star / Underline Created with Sketch. Icons / Star / Fill Created with Sketch.
Icons / Star / Underline Created with Sketch. Icons / Star / Fill Created with Sketch.
Le Miroir
à partir de 8 Ans

Synopsis

Mina a 7 ans, elle vit à Téhéran. Un soir, à la sortie de l’école, personne ne vient la chercher. Face à l’indifférence des adultes, elle cherche son chemin toute seule dans la grande ville bouillonnante. Elle ne connaît pas son adresse, mais se met en quête des repères familiers qu’elle pourrait retrouver en se remémorant les détails du trajet effectué quotidiennement avec sa mère et en questionnant inlassablement les adultes qui l’entourent. Mais Mina n’est pas une enfant ordinaire car c’est aussi une jeune actrice, celle du film de Jafar Panahi qui se tourne sous nos yeux sans que nous ne nous en rendions compte.

Rédigée par Sarah Génot
L'avis de Benshi
Plus d'informations
Aller plus loin
L'avis de Benshi

Le Miroir est un film incroyable. Il est une proposition de cinéma rare et fascinante. Il invite le spectateur, tel Alice au pays des mollahs, à traverser le miroir. Miroir de l’enfance, miroir de la société iranienne si complexe et lointaine qu’elle nous est fondamentalement étrangère. Et également miroir du cinéma et de sa fabrication, car dans un dispositif que nous ne révèlerons pas ici le film propose une réflexion unique sur ce qu’est faire du cinéma. C’est donc un voyage à la rencontre d’un pays, d’une culture, d’une langue que l’on proposera ici en emmenant des jeunes spectateurs découvrir ce film, qui suscitera forcément débat et discussion. Jafar Panahi est un cinéaste phare de la Nouvelle Vague iranienne, mais également figure importante de  l’opposition au régime, qui l’a souvent empêché de tourner ou de sortir ses films dans son propre pays. Alors que les œuvres de Panahi sont systématiquement primées dans les grands festivals internationaux, elles sont aujourd’hui interdites en Iran. Tournant ses films en secret, il a inventé la technique de la double  équipe de tournage. La première est un leurre qui prend en cas de danger la place de la deuxième, la vraie, qui tourne dans la clandestinité. Emprisonné en 2010, il a été condamné et interdit de faire des films. C’est à ce titre qu’il faut lire Le Miroir comme le portrait d’une enfant en résistance contre les injustices que la société iranienne charrie et notamment celles qui touchent violemment les femmes.

Lire la suite Masquer
Plus d'informations

Jafar Panahi, un cinéaste résistant : Taxi le dernier film du cinéaste iranien Jafar Panahi a remporté l’Ours d’or au festival de Berlin 2015. Un film particulier car c’est le troisième film que Panahi réalise depuis qu´il a été condamné par le gouvernement iranien à une interdiction de filmer, de sortir d´Iran et de donner des interviews. « Quand un cinéaste ne peut plus faire de films, c’est comme s’il était en prison » a déclaré, il y a quelques années au quotidien anglais The Guardian, Jafar Panahi. Et depuis que le cinéaste n’a plus le droit de tourner, il tourne quand même, mais il tourne des films clandestins, des films d’enfermement. Des docu-fictions ouvertement politiques qui tranquillement mais avec une certaine angoisse (tous ceux qui acceptent de participer prennent des risques), exposent simplement la/sa réalité. Ces films de huis clos sont et ne sont pas des films.   (source : http://cinema.arte.tv/fr/article/jafar-panahi-cineaste-resistant)

Lire la suite Masquer
Aller plus loin

Entretien avec Jafar Panahi à propos de son film Le Miroir :
http://www.tamasadiffusion.com/sitesofficiels/miroir/miroir-entretien.html

Les bonnes raisons de voir le film

  • 1 Pour l'espièglerie réjouissante de la jeune actrice Mina Mohammad Khani
  • 2 Pour le vent de liberté que distille le film
  • 3 Pour plonger dans la bouillonnante société iranienne

Pour quel public ?

A partir de 8/9 ans les enfants pourront apprécier le voyage dans la société iranienne et la réflexion sur le cinéma que propose le film.

Les thèmes associés

Résistance